jeudi 13 juillet 2017

Mais pourquoi les Etats-Unis sont-ils rentrés en guerre en 1917 ?

Donald Trump arrive jeudi 13 juillet en France pour célébrer, à l'occasion du 14-Juillet, le centième anniversaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis aux côtés des Alliés. C'est l'occasion de revenir sur les causes de cette entrée en guerre, des causes qui ne seront pas forcément évoquées lors de ce sommet franco-américain.
La version officielle est donnée par le président américain de l'époque, Woodrow Wilson. Elu en 1912, il est réélu en 1916 sur la promesse de ne pas engager son pays dans la guerre. Le 2 avril 1917, il demandait cependant au Congrès de déclarer la guerre à l'Allemagne avec ces mots : "La guerre actuelle de l’Allemagne est une guerre contre l’humanité. La neutralité n'est plus ni possible, ni désirable quand il y va de la paix du monde et de la liberté des peuples. La démocratie doit être en sûreté dans le monde." Une lutte pour la liberté, la paix et la démocratie, voilà une noble cause que l'on devrait exalter entre Macron et Trump.

Une guerre pour se venger

Derrière les beaux discours, il y a pourtant des raisons plus ou moins avouables. Dans les manuels d'histoire, on nous parle souvent de la guerre sous-marine à outrance des U-Boots allemands qui coulèrent notamment, en mai 1915, le Lusitania, un paquebot britannique dont le naufrage coûta la vie à 128 passagers civils américains. Le Lusitania transportait secrètement des armes et des munitions à destination du Royaume-Uni. Moins connu, il y a le télégramme Zimmermann, envoyé par le ministre des Affaires étrangères allemand à son ambassadeur au Mexique, lui donnant l'ordre de négocier une alliance avec le Mexique contre les Etats-Unis dans le cas de son entrée en guerre. En échange, l'Allemagne appuierait certaines des revendications territoriales de son allié.

La guerre est aussi un business

Et puis, encore moins connue, sûrement : la pression des milieux d'affaires. Le 25 mars 1917, soit une semaine seulement avant le discours de Wilson devant le Congrès, un grand banquier de New York se confie, sous couvert d'anonymat, au journaliste Camille Ferri-Pisani,, dans Les Annales politiques et littéraires, un hebdomadaire très populaire alors. Ses propos sont fascinants : "De l’histoire, je ne retiens que la statistique. La Grande Guerre a quintuplé le chiffre de nos affaires et décuplé nos bénéfices. Tout ce trafic magnifique, nous l’avons opéré avec les Alliés. [...] Vous nous avez payé partie en or mais vous nous avez payé aussi avec du papier. Or, vos traites ne vaudront que ce que vaudra votre victoire : il faut que vous soyez victorieux à tout prix pour faire face à vos engagements. [...] Il vous faudra reconstruire tout ce qui a été détruit. Cet argent que nous avons gagné sur vous, nous vous le prêterons pour relever vos villes, pour rebâtir vos fabriques, pour créer à nouveau votre existence économique. Un beau champ s’offre là pour nos placements futurs. Mais ce champ ne sera profitable que si vous triomphez avant l’épuisement complet. Voilà pourquoi nous souhaitons votre victoire."
Quelque chose nous dit qu’on ne parlera pas de cela lors de la visite de Trump en France.
http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/histoires-d-info/histoires-d-info-mais-pourquoi-les-etats-unis-sont-ils-rentres-en-guerre-en-1917_2255901.html

mercredi 3 mai 2017

Five myths about France

France sees itself as playing a unique role in the world as a “beacon for humanity,” as former president Jacques Chirac put it. Yet, that role is not always one it finds easy to fulfill. France’s past and present reveal a complex saga of aspirations and disappointed hopes, from the revolution of 1789 to the present morosité (a despairing, very French species of gloom) gripping the land that gave the world la joie de vivre. These contradictions may help explain the persistent myths surrounding the nation and people of France, among them these five.
MYTH NO. 1
France is succumbing to far-right nationalism.
Before this year’s presidential election, Vox warned that Emmanuel Macron, a liberal centrist candidate, is “France’s best hope against a far-right takeover,” and the Los Angeles Times wondered whether France would be “the next domino to fall in the far right populist movement.” The Nation likewise worriedthat Brexit would empower France’s far-right National Front. Most of these concerns were based on the alarming popularity of National Front presidential candidate Marine Le Pen. Those worries now look overblown, though Le Pen’s rise has undoubtedly changed the political landscape.
In the first round of voting, on April 23, Le Pen won 21 percent of the vote, well down from her opinion poll standing of 28 percent at the start of the year. Now, Le Pen seems bound to be defeated by Macron in the second round of balloting. Meanwhile, her party has only two of the 577 seats in the National Assembly, and it failed to gain control of any of the regional councils in elections in 2015. Le Pen has made the National Front a major player in French politics, but thus far that does not mean the country of the revolution of 1789 is being swept away by right-wing nationalism. Rather, it simply suggests that a lot of French citizens are unhappy and looking for standard-bearers for radical change.
MYTH NO. 2
French unions are extremely powerful.
In a Washington Post column about the rise of Macron in the French presidential polls, commentator Fareed Zakaria noted Macron’s success in a “country often defined by its strong labor unions.” Indeed, France is commonly conceived of this way: In 2014, the Economist endeavored to explain “why French trade unions are so strong,” a perception perhaps related to the frequent demonstrations carried out by unions in the nation’s streets.
MYTH NO. 3
The French tend to surrender in conflicts.
“Since World War II,” Britain’s Daily Mail tabloid proclaimed in 2009, France “and its army have been seen by many as standard-bearers for surrender, cowardice and military ineptitude.” In 2015, the Spectator’s Toby Young chastised the French for their alleged “reliance on British and American men to protect them from murderous fascists.” And “The Simpsons” famously labeled them “cheese-eating surrender monkeys. ”
But while the French may choose their battles carefully, they’re no cowards: Recently, for example, French forces have been deeply involved in fighting extremists in Africa and the Middle East. In 2012, French troops went into Malito hold back an Islamist advance there, followed by operations in Mauritania, Burkina Faso, Niger and Chad. France has also been the Western nation most involved in combating the Boko Haram insurgency in Nigeria. It has intervened to try to bring stability in the Central African Republic and took a leading role in the intervention in Libya, where its special forces are still fighting terrorism. Likewise, the French Foreign Legion — renowned for its strength and bravery — is still active globally.
France began air strikes against the Islamic State in Iraq in 2014, followed by missions in Syria. In fact, President François Hollande was ready to launch strikes against Bashar al-Assad’s regime in Syria after its use of chemical weapons in 2013 — but was held back by the refusal of the Obama administration to do so.
MYTH NO. 4
The French arenot obese.
All across the Web, articles promise the secret to French slenderness. One guide discloses “how French women eat rich and stay slim”; an article on WebMD offers the down-low on “how the French stay slim”; another, on a beauty and fashion site, explains “how French women stay slim without even trying.” The French are ranked by the World Health Organization as the 122nd fattest nation in the world.
But they are getting heavier. The latest statistics show that 25 percent of French adults have a body mass index of 30 or greater, more than in Germany and Italy (20 and 21 percent respectively) but behind the United States and Britain (34 and 28 percent). The same data showed that the incidence of obesity in French women in 2014 was 24 percent and almost as much among men.
How to explain expanding French waistlines? Nutritionists blame fast food and the spread of sedentary office work. More and more, food is prepared in factories or industrial kitchens rather than being carefully made at home. Snacks with fattening ingredients are increasingly common, and the tradition of the leisurely lunch, with time to digest and perhaps a walk afterward, has given way to sandwiches at the desk for many office workers. In 2013, fast-food purchases accounted for 54 percent of all restaurant sales in France, overtaking traditional restaurant sales for the first time. The government has claimed some success in a campaign against obesity in children, which researchers have linked to poverty and inequality.
MYTH NO. 5
The French drink a lot of alcohol.
France can lay claim to some of the finest wines in the world — and equally to a reputation for copious imbibing. “The French tradition,” as author Herbert Fingarette described it, is “drinking frequently throughout the day, always remaining somewhat under the influence but rarely becoming visibly drunk.” The same notion appears to have made Food & Wine’s wine editor, Lettie Teague, imagine that her habit of drinking between two glasses and a half-bottle of wine per night would make her “a lightweight” compared with the French.
Yet in recent decades, young French people have been switching to soft drinks instead of wine and spirits. Wine consumption has plummeted in the past 40 years. In 1980, more than half of French adults were consuming wine on a near-daily basis. By the beginning of this decade, that figure had fallen to 17 percent, while 38 percent did not drink wine at all. The acreage of vineyards is now greater in China than in France, though France remains ahead in actual production. It ranks 18th in the world in alcohol consumption per inhabitant — pretty modest, compared to its reputation.
https://www.washingtonpost.com/opinions/five-myths-about-france/2017/04/28/6b74f0cc-2b62-11e7-b605-33413c691853_story.html

dimanche 1 mai 2016

Le Revenant : «Quebec bashing» à Hollywood

Christian Néron, avocat québécois et historien du droit, dresse la liste de ces mensonges qui ne font pas honneur au cinéma hollywoodien…
Affiche du film, The Revenant, sorti en France le 24 février 2016, avec Leonardo DiCaprio, Oscar du meilleur acteur.Il est rarement question des Canadiens français dans le cinéma américain.
Le Revenant fait exception mais en présentant un groupe de« trappeurs » canadiens-français comme une bande de dégénérés.
Ce film oscarisé, qui a fait le tour du monde (*), noircit notre réputation en offrant une image répulsive des« vrais » méchants dans l’histoire de l’Amérique du Nord.
Mais qu’en est-il de cette histoire présentée comme vraie ? Examinons les faits.
Les voyageurs et coureurs des bois sont des figures emblématiques d’une épopée qui a beaucoup fait rêver. Leur odyssée en Amérique du Nord n’a rien d’une légende ; elle constitue l’une des grandes aventures de l’histoire du monde.
Elle débute avec d’audacieux explorateurs français et se poursuit sur plus de deux siècles avec leurs enfants et leurs descendants qui ne tarderont pas à affirmer par ailleurs leur identité en prenant le nom de Canadiens.
Il est ironique que ce film ait cherché à faire passer les Canadiens pour des brutes racistes à l’endroit des Indiens alors que l’histoire a clairement démontré le contraire.
De tous les Européens à avoir pris racine en Amérique, les Français ont été les seuls à respecter le droit international de cette époque à l’endroit des Indiens, c’est-à-dire les seuls à n’avoir jamais cherché à les asservir et à les exterminer.
Comment expliquer cet écart de civilisation qui distingue tant les Français des Anglais, des Espagnols et des Portugais ? La réponse réside en grande partie dans un état d’esprit que l’on pourrait résumer par une curiosité débordante et un sens marqué de la justice. Examinons d’abord le sens de la curiosité.

La curiosité

Il faut se souvenir que l’humanisme a été la grande passion du XVIème siècle. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la grande découverte de cette époque n’a pas été le Nouveau Monde, mais l’Ancien, plus précisément l’Antiquité. Les grands auteurs de l’Antiquité ont alors fait fureur ; ils ont été lus, commentés, traduits et imités de toutes les façons. Tous les esprits curieux n’en avaient que pour eux.
En France, cette passion a pris l’envergure d’une mystique nationale. Au début du siècle suivant, à l’époque de Champlain, les Français avaient l’esprit à ce point saturé des enseignements et des exemples de l’Antiquité que, sans trop s’en rendre compte, ils se voyaient comme les Romains des temps modernes.
Même Louis XIV se prenait pour un nouvel Auguste. Les plus grands exemples du monde classique avaient marqué les esprits. C’était partout dans l’air du temps. En littérature, les auteurs fétiches étaient Homère et Virgile ; les chefs-d’œuvre les plus appréciés, l’Iliade et l’Odyssée. Écrire une épopée faisait rêver bien des écrivains.
Une épopée était une légende où les actions de quelque personnage illustre concouraient à une fin héroïque. Le public se délectait de ces histoires. Les esprits s’enivraient d’allégories, d’exploits, de prouesses, de fins glorieuses. Alors pourquoi se contenter de rêver ! Le Nouveau Monde existait ; il était mystérieux, attirant, fascinant ; il était le monde de tous les défis.
La curiosité, le goût du mystère, l’espoir de se distinguer dans des actions mémorables, tout ça ne pouvait que déterminer les esprits les plus bouillants à risquer la grande épopée en Amérique. Les curieux et les audacieux pouvaient enfin relever des défis à la mesure de leurs rêves.
Représentation de Champlain dans un canot avec deux Indiens, descendant des rapides. Aquarelle sur crayon, John Henry de Rinzy, 1603 - Library and Archives Canada, n°2895971.

Le sens de la justice

L’autre dimension de la grande épopée française en Amérique est celle de la justice. La redécouverte de l’Antiquité a aussi marqué les esprits par un intérêt renouvelé pour le droit romain. L’étude de ce droit a fait ressortir l’idée que toute justice procédait de la loi ; il fallait donc se mettre à pied d’œuvre pour découvrir les lois qui permettraient de construire un monde plus juste.
Au XVIème siècle, de nombreux juristes français vont donc se mettre à la recherche du Saint-Graal du droit. Ils ne feront aucune découverte spectaculaire, mais l’idée va naître que la meilleure façon d’améliorer la justice serait d’unifier le droit, de le réduire en principes, de le structurer dans un ordre géométrique. Il fallait donc clarifier et ordonner le droit.
Au XVIIème siècle, une autre étape est franchie ; cette fois, c’est l’État qui prend l’initiative. Colbert, lui aussi marqué par les idées de son époque, rêve d’unifier tout le droit français et de le synthétiser dans un ordre géométrique. Mais il n’est pas que rêveur, il est d’abord et avant tout un homme d’action d’une rare efficacité. Sa première décision sera d’unifier le droit dans les colonies.
Lorsque la Nouvelle-France devient colonie de la couronne en 1663, Colbert juge que la situation se prête à soumettre la population à une seule et même loi. Cette idée, pourtant si banale aujourd’hui, est alors révolutionnaire. Nulle part au monde une population entière n’avait été soumise à une seule et même loi. Colbert ambitionnait surtout d’appliquer cette idée à la France entière. Or, la Nouvelle-France lui offrait l’occasion rêvée de tester son projet de réformer le droit.
Portrait de Jean-Baptiste Colbert peint d’après une gravure réalisée par Robert Nateuil en 1676.Colbert convainc également le jeune Louis XIV de synthétiser le droit par sujets. De 1665 à 1681, tous les efforts sont conjugués pour réduire le droit sous formes d’ordonnances de codification.
Chaque fois qu’il y en a une d’achevée et d’enregistrée au Parlement de Paris, elle devient par le fait même en vigueur sur le territoire de la Nouvelle-France. Il y en aura cinq jusqu’en 1681.
À l’unification et à la codification, Colbert a l’idée de donner à la Nouvelle-France un système d’administration de la justice selon des principes nouveaux.
L’hérédité et la vénalité des offices sont écartées ; ils sont remplacés par un système d’appointements fondés sur la compétence.
Le personnel du système judiciaire est alors formé uniquement de commissaires et de commis recrutés par l’État ; le seul critère est la compétence. L’administration de la justice devient exemplaire, d’une modernité jamais égalée. Cette réforme aura des conséquences profondes dans le développement d’un sens de la justice chez les Canadiens. Leur rapport avec les Indiens ne s’en portera que mieux.
Au plan du droit international, la doctrine des grands auteurs de ce temps reconnaissait aux Européens le droit de commercer avec les Indiens et de leur envoyer des missionnaires ; elle interdisait toutefois de les déranger dans leurs modes de vie.
Conformément à cette doctrine, et contrairement aux autres Européens en Amérique, les Canadiens ne verront donc pas dans les Indiens des primitifs que l’on pouvait asservir, dépouiller, exterminer. Leur sens de la justice restera rationnel et raisonnable, respectueux du droit et du bien d’autrui. Cette façon de concevoir la justice, enracinée dans les esprits, se maintiendra malgré la cession du pays à l’Angleterre.
Le sens de la justice des Canadiens deviendra même un sujet d’intérêt, entre 1764 et 1773, lorsqu’il sera question de changer la constitution du Canada. Les nombreux rapports rédigés à ce sujet ne manqueront pas de le faire ressortir et de mentionner l’avantage qu’il représentait pour le maintien de la paix avec les Indiens.
Ainsi, lorsqu’il sera discuté, en décembre 1773, des nouvelles frontières de la province de Québec, les lords du Conseil privé conviendront à l’unanimité de faire confiance au sens de la justice des Canadiens, et de se méfier de celui des Anglo-américains, trop avides du bien d’autrui.
La paix générale dans l’arrière-pays indien en dépendait. Pour ce motif, les lords du gouvernement prolongeront les frontières de la province jusqu’à la rivière Ohio au Sud, et jusqu’au Mississippi à l’Ouest.
Le sens de la justice des Canadiens continuera de les honorer lorsqu’ils traverseront le Mississippi pour aller du côté de la Louisiane. Dans les années 1780, ils parviendront jusqu’au Haut-Missouri, là où se passe l’intrigue du Revenant.
Ils vont trouver cette région dans un grand désordre, les Indiens étant en conflits violents au sujet de leurs territoires de chasse. Conformément à leur tradition de diplomatie commerciale, les traiteurs (ou négociants) canadiens vont s’appliquer à concilier leurs différends, à les convaincre des avantages de la paix et du commerce.
En fait, toute cette violence les laissait dans un état d’insécurité constant. À chaque nouvelle guerre, la chasse s’arrêtait et les guerriers s’exterminaient mutuellement. Dans les villages, les réserves de nourriture s’épuisaient ; la survie du groupe tout entier se voyait mise en péril.
À de rares exceptions près, les Canadiens parviendront à les persuader de renoncer à ces violences meurtrières. Cependant, lorsque les Anglo-américains arriveront, suite à la vente de la Louisiane, ils vont tout remettre à l’envers ; ils vont même exploiter les causes de conflits pour amener les Indiens à s’exterminer entre eux.
La « Grande alliance » entre Samuel de Champlain et Anadabijou, le « Grand Sagamo », chef de la nation des Innus ou Montagnais-Naskapis, 27 mai 1603.

Le film

On rapporte que le réalisateur du film aurait bénéficié de l’expertise des meilleurs historiens pour l’aider à comprendre l’époque du commerce des fourrures. Or, malgré cette expertise, les traiteurs et voyageurs canadiens y sont dépeints comme les résidus d’un âge des ténèbres. Les images nous les montrent dégénérés, cruels, violents, vicieux.
Le spectateur n’en a pas davantage besoin pour comprendre que la vente de la Louisiane aux Anglo-américains a permis d’éviter d’indicibles malheurs. La fin de cet âge des ténèbres ne pouvait qu’en annoncer un autre, plus lumineux, plus résolument tourné vers le progrès et l’avenir.
Le héros du film incarne d’ailleurs superbement la force et le courage de cette vague de pionniers qui vont bientôt affluer pour construire cette Amérique nouvelle, fleuron de la civilisation anglo-saxonne.
Toutefois, la fiction du film cache une immense tragédie qui commence à l’été 1823 dans le Haut-Missouri. L’arrivée des traiteurs et trappeurs anglo-américains ne fait qu’annoncer l’intervention de la cavalerie américaine qui, elle, va s’occuper de soumettre les Indiens à la volonté de l’homme blanc.
Au cours du mois de mai de l’été 1823, un groupe de traiteurs et trappeurs anglo-américains décide d’emprunter la rivière Missouri pour se rendre à la rivière Yellowstone plus à l’ouest. À la hauteur des villages arikaras, ces intrus passent tout doucement sans se soucier de personne ; ils ignorent, ou font semblant d’ignorer, que les Arikaras forment le groupe dominant de la région, qu’ils luttent depuis des temps immémoriaux pour maintenir leur autorité sur cette rivière et les alentours.
Les Indiens n’ont rien de plus précieux à protéger que leur souveraineté sur ce territoire ; leur survie en dépend. Cette intrusion des Anglo-américains est assimilable à un crime de lèse-majesté ; elle touche des intérêts vitaux.
Les traiteurs et trappeurs anglo-américains ont cependant leur propre conception du droit et de la souveraineté ; ils n’envoient aucune ambassade aux Arikaras ; ils ne s’arrêtent pas pour leur parler, pour les rassurer, pour les informer de leurs intentions, pour leur offrir leur amitié, pour les inviter à faire du commerce.
Bref, conformément à leurs préjugés sur la suprématie de la force, les Anglo-américains se comportent comme des maîtres en pays conquis ; une souveraineté des Arikaras sur le Haut-Missouri est une idée qui n’effleure même pas leur esprit. Pire encore, ils ont l’imprudence, voire l’arrogance, de s’amener avec des guides sioux, ennemis mortels des Arikaras.
Indien Arikara portant une peau d’ours - Photographie Edward S. Curtis, 1908.Par cet outrage à la paix publique, les Anglo-américains se faisaient agresseurs ; ils mettaient au défi la souveraineté et la sécurité du groupe tout entier.
Leurs intérêts ainsi menacés, les Arikaras n’avaient d’autre choix que de s’incliner ou de rétablir la justice selon leurs propres coutumes.
En matière de guerre, ils ne connaissaient – comme tous les Indiens d’ailleurs – qu’une seule et même tactique : attaquer par surprise pour provoquer la panique dans les rangs de l’ennemi. C’est ce qu’ils vont faire.
Les Anglo-américains ont ainsi été attaqués au petit matin du 1er juin 1823. Ils n’étaient pas d’innocentes victimes agressées par de méchants barbares ; ils étaient des intrus, des étrangers hostiles ; ils étaient armés et accompagnés des pires ennemis des Arikaras ; ils se comportaient comme des maîtres en pays conquis ; ils remettaient en question la souveraineté ancestrale des Arikaras sur le Haut-Missouri. Injure suprême, des Sioux en étaient témoins.
Pourtant, sur une période de deux siècles, les traiteurs et voyageurs canadiens avaient parfaitement réussi à tisser des liens de confiance, à maintenir la paix, à commercer avec les Indiens.
Le secret de leur réussite a toujours résidé dans leur sens de la justice et de la diplomatie. Jamais ils n’ont méprisé la souveraineté des Indiens sur leurs territoires, toujours ils les ont entretenus des avantages de la paix et du commerce. Cette stratégie a été heureuse ; elle leur a permis d’établir d’innombrables liens de confiance indispensables à la prospérité du commerce.
Au moment de la vente de la Louisiane aux Anglo-américains, en 1803, la diplomatie canadienne avait fait son œuvre partout. Il n’y avait plus un village où les Canadiens n’étaient accueillis en amis pour faire du commerce. Plus encore, ils étaient de remarquables conciliateurs ; partout où ils arrivaient, ils reprenaient les mêmes arguments pour convaincre les Indiens à renoncer à la vengeance et à la guerre pour le règlement de leurs conflits.
De la façon la plus simple du monde, ils ont été les Casques-bleus de l’Amérique amérindienne avant que l’idée et le mot n’existent. Après 1803, avec l’irruption de la civilisation anglo-américaine, les Indiens des Plaines vont vite apprendre que l’homme blanc pouvait se montrer férocement avide du bien d’autrui.
Sur la rivière Missouri, la situation va irrémédiablement basculer lors des évènements de l’été 1823. Depuis des années déjà, toute forme de diplomatie avait disparu.
Non seulement les Anglo-américains étaient imperméables à toute discussion, mais ils convoitaient sans vergogne tout ce qui se présentait à eux : pas de lois ! Pas de morale ! Pas de justice ! Pire encore, dans un déferlement sauvage qui sera qualifié de « destinée manifeste », l’homme blanc ne reculera devant aucune cruauté pour affamer les Indiens, les affaiblir, les exproprier, les exterminer.
Ce que le film s’abstient surtout de montrer, c’est que suite à l’attaque du 1er juin 1823, la cavalerie américaine, appelée en renfort, va traverser le Mississippi pour se mettre à la poursuite des Arikaras.
Le 9 août 1823, elle arrivera à la hauteur des villages du Haut-Missouri ; elle sera accompagnée de 750 guerriers sioux, ennemis héréditaires, ravis de prendre leur revanche en si belle compagnie. Les Arikaras ne seront pas immédiatement écrasés, mais ils connaîtront leur première défaite. Celle-ci incarnera d’ailleurs le début de la fin pour tous les Indiens des Plaines.
Quelques dizaines d’années plus tard, avec le chemin de fer et l’extermination du bison, ils seront tous soumis et parqués dans des réserves ; même les Sioux subiront le même traitement.
Il y a donc beaucoup d’ironie, de cynisme et de mépris de la vérité dans ce film. Alors que les Canadiens avaient témoigné d’une diplomatie remarquable pendant plus de deux siècles, ils y sont présentés comme les épaves d’un âge des ténèbres ; les images nous les montrent dégénérés, cruels, violents et vicieux. Quant aux Anglo-américains, qui symbolisent l’arrivée de l’âge des lumières, ils vont faire preuve des pires sauvageries dans l’expropriation et l’extermination des Indiens des Plaines.
On objectera que le film visait d’abord à divertir, mais il n’est pas nécessaire de mentir pour divertir. Au pays de la liberté, ils auraient dû se souvenir que le mensonge enchaîne, et que la vérité libère !
Anglo-saxons, Anglo-américains et Anglo-canadiens ont tous le même petit côté tordu : ils ne peuvent jamais laisser filer une bonne occasion de noircir tout ce qui est français.
Christian Néron
https://www.herodote.net/Le_Revenant_Quebec_bashing_a_Hollywood-article-1556.php

jeudi 19 novembre 2015

The French way of war

France’s military may suffer from a poor reputation in American popular imagination, dating from historical events like the rapid fall to Nazi Germany in World War II and the colonial-era defeat at Dien Bien Phu. This is a mistake: The French airstrikes on Islamic State positions in Syria are only the beginning of the counterattack against ISIL, as French officials themselves are promising. And as anyone familiar with France’s military capabilities can attest, when it comes to war the French are among the very best.
Moreover, whatever France does probably will not look like anything the U.S. would do. There is a French way of warfare that reflects the French military’s lack of resources and its modest sense of what it can achieve. They specialize in carefully apportioned and usually small but lethal operations, often behind the scenes; they can go bigger if they have help from the U.S. and other allies—which they will probably have in any case and know how to put to good use.
Emblematic of the French approach was France’s military intervention in the Central African Republic in March 2007. To stop a rapidly moving rebel advance into the country from the Sudanese border, the French attacked using a single fighter plane and two waves of paratroopers totaling no more than a “few dozen” who dropped into the combat zone in the Central African town of Birao. In military terms, what the French did was a pinprick, yet it was sufficient to break the rebel advance like placing a rock in the path of a wave. It was, moreover, a risky thing to do: Airborne assaults are intrinsically dangerous, all the more so when one has little capacity to reinforce or withdraw the lightly armed soldiers in an emergency. The first wave of “less than 10” soldiers reportedly made a high-altitude drop. The French military, moreover, did all this quietly, with the French press only learning of the intervention a few weeks after the fact.
France’s intervention in Mali in January 2013 also illustrated these attributes amply. For one thing, the French showcased high-end combined arms and “joint” fire and maneuver capabilities, meaning they deftly made use of everything they had at hand—special forces and conventional forces, tanks and infantry, artillery, helicopters, and jet fighters—in an orchestrated and integrated fashion that made the most of every resource available.
To put it another way, the French in Mali played major league baseball (though perhaps we should no longer consider ISIS a “JV” team, as President Obama once did). They did so, moreover, with a scratch ‘pick-up team’ consisting of bits and pieces of a diverse array of units cobbled together in great haste and on the fly. Some of these could be considered elite, but most were not. In addition, the French put this ad hoc force up against a dangerous enemy that was operating in the worst imaginable physical environment–all with barely enough supplies simply to keep French troops from dying of thirst and heat exhaustion. French soldiers’ boots literally fell apart because the glue holding them together melted from the heat. The French went places their enemies assumed they would never dare go, fighting hand-to-hand among caves and boulders deep in the desert. For example; they chanced a nighttime parachute drop into Timbuktu to take on a force that might have outnumbered them. For American military observers, the one word that sums up their assessment is respect.
What makes the French way of war distinct from, say, the U.S. way of war has to do with scarcity. The French military is highly conscious of its small size and lack of resources. This translates into several distinctive features of French military operations. One is an insistence on modest objectives, on limiting strictly the aims of a military invention in line with a modest assessment of what the military can accomplish. The French thus aim low and strive to achieve the minimal required. Whenever possible, they try to limit the use of the military to missions for which militaries really can be of use. Meaning, militaries are good at violence; if violence is what is required, then send in the military. Otherwise, not. The French military abhors mission creep and want no part in things such as ‘nation building.’ In Mali, for example, the French military sees itself as good at killing members of a few terrorist groups; that is what they do, and they refuse to get involved in anything else, such as sorting out Mali’s political mess or involving themselves in the conflict among Mali’s various armed rebel groups and between them and the Malian state. Of course, that means the French military is not doing a lot of what Mali needs, but the French are sticking to their policy.
Another feature of the French way of war is scale. Whereas the U.S. military tends toward a “go big or go home” approach to war—American planners arguably take for granted their ability to marshal vast resources and firepower—the French military embraces ”going” small. They strive for sufficiency and hope to achieve limited goals through the application of the smallest possible measure of force, what they refer to as “juste mésure,” i.e. just enough to get the job done, and no more. This requires knowing how much is enough, not to mention accepting risk that Americans would prefer not to run and largely do not have to. The French accepted going to Mali with insufficient medical evacuation resources, for example. The U.S. military probably would not make that call.
Keys to the French approach include substituting quality for quantity, and fighting smart, of making the most of the tools at hand. One does not drop a few dozen paratroopers into Birao, where they are likely to be outnumbered and possibly outgunned, unless one knows precisely what needs to be done, where, how, and for what purpose. In Mali, the French forces deployed without sufficient water, but they knew exactly where to get it once there. They knew, moreover, who the local actors were, whom to trust and to what extent, and how to leverage local forces to make up for their own small numbers.
The French military’s self-awareness with respect to its limitations help it to work well with the United States. Informed by their experience working with American resources in Afghanistan, Libya, Mali, Somalia, and currently in the Sahel, the French know how to work with Americans. They also know precisely what they need most from the U.S. and what to do with it, namely aerial refueling, intelligence, surveillance, and reconnaissance (ISR), and heavy lift (large cargo planes such as the Air Force’s C-17s). When the U.S. provides any of these things, or indeed when the U.S. provides any additional capability that the French themselves do not have, the French take it and are off and running. The cooperation is therefore not just close but effective, although usually behind the scenes.
The French might not be able to defeat ISIS—certainly not alone. They might not, moreover, have any better ideas than we or anyone else for how to win. But, based on their history, whatever they do in addition to the recent airstrikes, they are likely to act in a measured way and think first. They might act quietly, so quietly we might never hear of it. But one thing is certain: If the French are determined to hurt someone, they will.
Michael Shurkin is a senior political scientist at the nonprofit, nonpartisan RAND Corporation.
http://www.politico.eu/article/the-french-way-of-war/

lundi 16 novembre 2015

Comment in the NYT

France embodies everything religious zealots everywhere hate: enjoyment of life here on earth in a myriad little ways: a fragrant cup of coffee and buttery croissant in the morning, beautiful women in short dresses smiling freely on the street, the smell of warm bread, a bottle of wine shared with friends, a dab of perfume, children playing in the Luxembourg Gardens, the right not to believe in any god, not to worry about calories, to flirt and smoke and enjoy sex outside of marriage, to take vacations, to read any book you want, to go to school for free, to play, to laugh, to argue, to make fun of prelates and politicians alike, to leave worrying about the afterlife to the dead.
No country does life on earth better than the French.
Paris, we love you. We cry for you. You are mourning tonight, and we with you. We know you will laugh again, and sing again, and make love, and heal, because loving life is your essence. The forces of darkness will ebb. They will lose. They always do.

http://www.nytimes.com/2015/11/14/world/europe/paris-shooting-attacks.html

mercredi 4 novembre 2015

Jeb Bush:"He said he had since learned that the French work longer hours than the Germans do"

US presidential hopeful Jeb Bush has apologised to France for referencing their working week to insult a rival.
In light-hearted comments to reporters, Mr Bush said he had done a "disservice to the French" by using them to mock Marco Rubio's senate voting record.
"I made the mistake of saying that the Congress operates on a French work week," he was reported as saying.
He said he had since learned that the French work longer hours than the Germans do.
"So, my God, I totally insulted an entire country - our first ally - that helped us become free as a nation!" Mr Bush said, according to Time magazine.
Mr Bush made the original comments during a Republican presidential debate last week.
The former Florida governor asked Mr Rubio whether the Senate ran on French time and if lawmakers only had to show up for three days weekly.
His campaign spokesman Tim Miller said he had been inundated with emails from French journalists following the debate.
Even Gerard Araud, the French ambassador, responded on Twitter to correct Mr Bush.
The French officially work a 35-hour week though many employees put in far longer hours.
http://www.bbc.com/news/world-us-canada-34720806