jeudi 19 novembre 2015

The French way of war

France’s military may suffer from a poor reputation in American popular imagination, dating from historical events like the rapid fall to Nazi Germany in World War II and the colonial-era defeat at Dien Bien Phu. This is a mistake: The French airstrikes on Islamic State positions in Syria are only the beginning of the counterattack against ISIL, as French officials themselves are promising. And as anyone familiar with France’s military capabilities can attest, when it comes to war the French are among the very best.
Moreover, whatever France does probably will not look like anything the U.S. would do. There is a French way of warfare that reflects the French military’s lack of resources and its modest sense of what it can achieve. They specialize in carefully apportioned and usually small but lethal operations, often behind the scenes; they can go bigger if they have help from the U.S. and other allies—which they will probably have in any case and know how to put to good use.
Emblematic of the French approach was France’s military intervention in the Central African Republic in March 2007. To stop a rapidly moving rebel advance into the country from the Sudanese border, the French attacked using a single fighter plane and two waves of paratroopers totaling no more than a “few dozen” who dropped into the combat zone in the Central African town of Birao. In military terms, what the French did was a pinprick, yet it was sufficient to break the rebel advance like placing a rock in the path of a wave. It was, moreover, a risky thing to do: Airborne assaults are intrinsically dangerous, all the more so when one has little capacity to reinforce or withdraw the lightly armed soldiers in an emergency. The first wave of “less than 10” soldiers reportedly made a high-altitude drop. The French military, moreover, did all this quietly, with the French press only learning of the intervention a few weeks after the fact.
France’s intervention in Mali in January 2013 also illustrated these attributes amply. For one thing, the French showcased high-end combined arms and “joint” fire and maneuver capabilities, meaning they deftly made use of everything they had at hand—special forces and conventional forces, tanks and infantry, artillery, helicopters, and jet fighters—in an orchestrated and integrated fashion that made the most of every resource available.
To put it another way, the French in Mali played major league baseball (though perhaps we should no longer consider ISIS a “JV” team, as President Obama once did). They did so, moreover, with a scratch ‘pick-up team’ consisting of bits and pieces of a diverse array of units cobbled together in great haste and on the fly. Some of these could be considered elite, but most were not. In addition, the French put this ad hoc force up against a dangerous enemy that was operating in the worst imaginable physical environment–all with barely enough supplies simply to keep French troops from dying of thirst and heat exhaustion. French soldiers’ boots literally fell apart because the glue holding them together melted from the heat. The French went places their enemies assumed they would never dare go, fighting hand-to-hand among caves and boulders deep in the desert. For example; they chanced a nighttime parachute drop into Timbuktu to take on a force that might have outnumbered them. For American military observers, the one word that sums up their assessment is respect.
What makes the French way of war distinct from, say, the U.S. way of war has to do with scarcity. The French military is highly conscious of its small size and lack of resources. This translates into several distinctive features of French military operations. One is an insistence on modest objectives, on limiting strictly the aims of a military invention in line with a modest assessment of what the military can accomplish. The French thus aim low and strive to achieve the minimal required. Whenever possible, they try to limit the use of the military to missions for which militaries really can be of use. Meaning, militaries are good at violence; if violence is what is required, then send in the military. Otherwise, not. The French military abhors mission creep and want no part in things such as ‘nation building.’ In Mali, for example, the French military sees itself as good at killing members of a few terrorist groups; that is what they do, and they refuse to get involved in anything else, such as sorting out Mali’s political mess or involving themselves in the conflict among Mali’s various armed rebel groups and between them and the Malian state. Of course, that means the French military is not doing a lot of what Mali needs, but the French are sticking to their policy.
Another feature of the French way of war is scale. Whereas the U.S. military tends toward a “go big or go home” approach to war—American planners arguably take for granted their ability to marshal vast resources and firepower—the French military embraces ”going” small. They strive for sufficiency and hope to achieve limited goals through the application of the smallest possible measure of force, what they refer to as “juste mésure,” i.e. just enough to get the job done, and no more. This requires knowing how much is enough, not to mention accepting risk that Americans would prefer not to run and largely do not have to. The French accepted going to Mali with insufficient medical evacuation resources, for example. The U.S. military probably would not make that call.
Keys to the French approach include substituting quality for quantity, and fighting smart, of making the most of the tools at hand. One does not drop a few dozen paratroopers into Birao, where they are likely to be outnumbered and possibly outgunned, unless one knows precisely what needs to be done, where, how, and for what purpose. In Mali, the French forces deployed without sufficient water, but they knew exactly where to get it once there. They knew, moreover, who the local actors were, whom to trust and to what extent, and how to leverage local forces to make up for their own small numbers.
The French military’s self-awareness with respect to its limitations help it to work well with the United States. Informed by their experience working with American resources in Afghanistan, Libya, Mali, Somalia, and currently in the Sahel, the French know how to work with Americans. They also know precisely what they need most from the U.S. and what to do with it, namely aerial refueling, intelligence, surveillance, and reconnaissance (ISR), and heavy lift (large cargo planes such as the Air Force’s C-17s). When the U.S. provides any of these things, or indeed when the U.S. provides any additional capability that the French themselves do not have, the French take it and are off and running. The cooperation is therefore not just close but effective, although usually behind the scenes.
The French might not be able to defeat ISIS—certainly not alone. They might not, moreover, have any better ideas than we or anyone else for how to win. But, based on their history, whatever they do in addition to the recent airstrikes, they are likely to act in a measured way and think first. They might act quietly, so quietly we might never hear of it. But one thing is certain: If the French are determined to hurt someone, they will.
Michael Shurkin is a senior political scientist at the nonprofit, nonpartisan RAND Corporation.

lundi 16 novembre 2015

Comment in the NYT

France embodies everything religious zealots everywhere hate: enjoyment of life here on earth in a myriad little ways: a fragrant cup of coffee and buttery croissant in the morning, beautiful women in short dresses smiling freely on the street, the smell of warm bread, a bottle of wine shared with friends, a dab of perfume, children playing in the Luxembourg Gardens, the right not to believe in any god, not to worry about calories, to flirt and smoke and enjoy sex outside of marriage, to take vacations, to read any book you want, to go to school for free, to play, to laugh, to argue, to make fun of prelates and politicians alike, to leave worrying about the afterlife to the dead.
No country does life on earth better than the French.
Paris, we love you. We cry for you. You are mourning tonight, and we with you. We know you will laugh again, and sing again, and make love, and heal, because loving life is your essence. The forces of darkness will ebb. They will lose. They always do.

mercredi 4 novembre 2015

Jeb Bush:"He said he had since learned that the French work longer hours than the Germans do"

US presidential hopeful Jeb Bush has apologised to France for referencing their working week to insult a rival.
In light-hearted comments to reporters, Mr Bush said he had done a "disservice to the French" by using them to mock Marco Rubio's senate voting record.
"I made the mistake of saying that the Congress operates on a French work week," he was reported as saying.
He said he had since learned that the French work longer hours than the Germans do.
"So, my God, I totally insulted an entire country - our first ally - that helped us become free as a nation!" Mr Bush said, according to Time magazine.
Mr Bush made the original comments during a Republican presidential debate last week.
The former Florida governor asked Mr Rubio whether the Senate ran on French time and if lawmakers only had to show up for three days weekly.
His campaign spokesman Tim Miller said he had been inundated with emails from French journalists following the debate.
Even Gerard Araud, the French ambassador, responded on Twitter to correct Mr Bush.
The French officially work a 35-hour week though many employees put in far longer hours.

dimanche 1 mars 2015


De son côté, le Colonel Randewig, responsable de toute l'organisation de l'interception des communications à l'Ouest pendant la guerre-éclairaccouché par les hommes du TICOM à la fin de la guerre, tient les propos suivants dans le rapport FMS P-038 consacré au Renseignement Radio des allemands : « Dès décembre 1939, les allemands ont réussi à casser un système cryptographique utilisé par le Commandement français dans ses messages aux districts militaires. Il avait été maintenu en dépit des dispositions prises  avant l'ouverture des hostilités en septembre 1939. Les allemands sont parvenus à casser ce code parce que la station-radio coupable de ce manquement aux ordres donnés a été réprimandée et a ensuite envoyé les mêmes messages au moyen du système approprié.. » ou


Il a en effet affirmé à plusieurs reprises (« Einzeldarstellung aus dem Gebiet der Kriptologie » page 14 à 16) et fourni des preuves tangibles que le code utilisé pour chiffrer les messages entre le Ministère de la Guerre et les districts militaires était un système à 4 chiffres de 10 000 valeurs, chiffrées par courtes séquences additives. S'agissant d'une méthode de chiffrement présentant une sécurité limitée,  conservée pendant de nombreuses années malgré l'avis de plusieurs experts, les messages de caractère stratégique émanant du Ministère n'avaient plus de secrets pour les allemands lors du lancement de la campagne de France. (« en septembre 1939 lorsque la Deuxième Guerre mondiale a éclaté, au lieu de changer de procédure de chiffrement, le Ministère de la Guerre a ordonné que ce système de transposition soit étendu à l'ensemble des districts militaires. Dans la mesure où le système à 4 chiffres est resté en vigueur, les allemands ont pu déchiffrer ce trafic jusqu'en juin 1940 date à laquelle le Haut Commandement allemand avait eu connaissance de toutes les opérations militaires importantes menées par les forces françaises... »)

samedi 21 février 2015

Compte bancaire fermé pour « américanité »

Marc est informaticien dans une société d'assurances. En juillet 2014, sa banque, ING, a mis fin au mandat de courtage de l'assurance-vie dont ils dispose chez Generali. Il ne peut plus ni retirer des fonds, ni en rajouter, ni même obtenir de relevés. Pourquoi? Parce qu'il présente des "critères d'américanité".  
En l'occurrence, il est né aux Etats-Unis. "Je les ai quittés en 1966, à l'âge de neuf ans, pour venir vivre en France", dit-il. Lorsqu'il y est retourné, en vacances ou pour son travail, il a utilisé un passeport français.
Pourtant, sa banque vient de lui rappeler qu'il dispose de la double nationalité, et qu'il doit être en règle avec le fisc américain.

En effet, si la plupart des binationaux bénéficient de conventions fiscales prévoyant qu'ils sont imposés sur leur lieu de résidence, et leur permettant d'éviter la double imposition, ce n'est pas le cas des expatriés américains : quel que soit l'endroit du monde où ils vivent, ils doivent déclarer chaque année leurs revenus  à l'Internal revenue service (IRS, fisc américain),  si ces revenus sont supérieurs à un certain seuil (97 600 dollars en 2013 ou 10 000 dollars au moins un jour dans l'année). L'impôt qu'ils doivent est égal à la différence entre celui qu'ils devraient payer s'ils avaient perçu ces revenus aux États-Unis et celui qu'ils ont acquitté ailleurs.
Or, on constate que tous ne le font pas.  "J'ai peut-être atteint à titre exceptionnel le seuil des 97 600 euros, l'année où j'ai reçu une prime de licenciement", nous indique Marc. "Mais, compte tenu de mon ignorance en matière de fiscalité américaine, j'aurais dû avoir recours à un avocat, pour le vérifier : fallait-il compter les salaires bruts ou nets? Quel taux de change appliquer, etc?"
Pour remédier à cette situation, les Etats-Unis ont adopté,  en 2010,  le règlement Fatca (Foreign account tax compliance act). En France, il est entré en vigueur le 1er juillet 2014. Il oblige les banques à dénoncer les clients présentant des" indices d'américanité", et donc susceptibles d'être des "US persons", disposant d'un total d'avoirs supérieur à 50 000 dollars (44 468 euros).

Les banques doivent fournir à l'Internal Revenue Service des informations détaillées sur leurs comptes. Elles doivent communiquer soldes bancaires, intérêts et dividendes, produits d'assurance-vie et plus values. Faute de quoi elles se verront appliquer une taxe de 30% sur  les flux financiers versés depuis les États-Unis.
Pour le fisc américain, les principaux indices d'américanité sont la nationalité (titulaires de passeports américains ou de cartes vertes), le lieu de naissance, la résidence (adresse ou boîte postale aux Etats-Unis), le fait d'avoir un numéro de téléphone américain, d'avoir passé des ordres de virement permanents en faveur de personnes physiques ou morales aux Etats-Unis, ou d'avoir établi des procurations établies au profit d'un mandataire américain ou résident aux Etats-Unis. Ou encore d'avoir résidé aux Etats-Unis pendant 31 jours pendant l'année en cours, plus  183 jours au cours des trois dernières années.
ING a envoyé à Marc, soupçonné d'être une "US person", une lettre lui demandant de remplir des formulaires administratifs américains, afin de prouver soit qu'il est en règle avec le fisc américain, soit qu'il a officiellement renoncé à la nationalité américaine.

"Or, on ne peut obtenir le certificat d'abandon de la nationalité que si l'on a au préalable prouvé la régularité de sa situation fiscale, ce qui requiert, souvent, le recours à un avocat fiscaliste, aux honoraires coûteux - quand bien même on ne doit rien", se plaint-il.

ING indique que, faute de réponse dans les trente jours, elle le considèrera comme une "US person", et transmettra ses coordonnées aux autorités fiscales françaises, qui les enverront au fisc américain.
Marc a utilisé une clause (Annexe I, section II §B 4 (a) 3 (a), page 28) de l'accord Fatca qui propose à la banque de recueillir, en remplacement du  certificat de perte de nationalité, "le motif pour lequel  le titulaire du compte ne dispose pas d’un tel certificat alors qu’il a renoncé à la citoyenneté américaine".
Il  a répondu qu'il a "implicitement renoncé à sa nationalité américaine", du fait qu'il a été instituteur pendant trois ans : or, travailler pour un Etat autre que ceux d'Amérique, n'est pas autorisé. Son frère, qui a rencontré le même problème, a fait valoir qu'il avait été élu local.
Marc n'a pas encore reçu de réponse.

.                                                  Les pénalités 

Qu'arrivera-t-il à ceux qui auraient dû faire une déclaration au fisc et qui seront dénoncés dans le cadre de Fatca ?
"Ils devront payer des pénalités, même s'ils n'auraient pas, nécessairement, dû acquitter d'impôts", répond Patrick Bourbon, conseiller consulaire (sorte d'élu local de l'étranger) du Midwest, en précisant que la régularisation s'opère sur "huit ans". Dans ce cas, "ces pénalités représenteront 27,5% du solde de leur compte bancaire, l'année où il était le plus élevé".
M. Bourbon donne de nombreuses conseils fiscaux aux Français vivant aux Etats-Unis qui le  suivent sur le réseau Linkedin.
.                                             Américains en France

L'accord Fatca pourrait concerner les quelque cent mille Américains qui résident en France. Certains se plaignent déjà de ne pas pouvoir ouvrir de comptes, comme le montre ce témoignage :
Comme ING, les banques leur expliquent que la " mise en place des procédures [prévues par Fatca]  implique un coût disproportionné tant pour la banque que pour ses clients".
Axabanque a ainsi fermé les comptes de quelque 250 clients (sur un total de 730 000) détenant plus de 50 000 dollars d'avoirs.
Conséquence : selon The Economist du 28 juillet 2014, quelque trois mille Américains vivant à l'étranger ( sur un total de sept millions) ont renoncé à la citoyenneté américaine ou à leur carte verte, en 2013,  contre une centaine par an, avant l'adoption de Fatca. Et, comme par hasard, le coût de cette renonciation, qui était de quelque 500 dollars en 2013, vient de grimper à 2350 dollars (1998 euros).

.                                                 Expatriés

Le règlement Fatca concerne aussi les Français établis aux Etats-Unis, si l'on en croit le sénateur Louis Duvernois (UMP, Français établis hors de France) : "Depuis l'application de l'accord Fatca, certains établissements français n'acceptent plus de clients français résidant aux Etats-Unis, ce qui complique sérieusement le quotidien de nos compatriotes", indique-t-il, dans une question écrite au ministère des finances, le 29 janvier.
C'est le cas,  par exemple de M. Bourbon, installé à Chicago depuis 1999: "Cortal a fermé mon compte", dit-il. Il a réussi à le transférer chez Boursorama.
Lors de la discussion à l'Assemblée nationale du projet de loi autorisant l'approbation de l'accord Fatca, le 18 septembre 2014, Frédéric Lefebvre, député (UMP) de la première circonscription des Français établis hors de France, avait déjà évoqué les problèmes subis par les Français expatriés :
"Nombre de nos concitoyens résidant aux États-Unis mais conservant des avoirs en France sont donc priés de retirer leurs actifs, et ce sans possibilité de recours. Certains se trouvent tout simplement dans l’impossibilité d’ouvrir un compte en banque en France – je pense notamment à certains Français naturalisés américains qui décident de revenir en France pour y prendre leur retraite. De même, un Français établi aux États-Unis mais ayant conservé un patrimoine mobilier en France peut se trouver dans l’obligation de le liquider en dépit de toute planification fiscale légitimement effectuée en amont."
Et de citer un compatriote de Floride : " Une filiale de Natixis du groupe Banque Populaires-Caisses d’épargne vient de m’informer de la fermeture de mes deux comptes, titres et chèques, dans les trente jours, en raison du refus de cette banque de se soumettre aux exigences de contrôle des autorités américaines. (...) Je trouve cavalière cette pure et simple expulsion de clients sans que leur soit fourni le moindre modus operandi pour en limiter les conséquences fâcheuses, en particulier pour les comptes de titres. Faudra-t-il vendre les portefeuilles ou pourra-t-on les transférer dans des établissements étrangers ? Payer au fisc français, suite à cette vente forcée, des taxes sur des placements de long terme ? Que deviennent les cartes de crédit et les autorisations de prélèvement liées à ces comptes ? »
Pour M. Lefebvre, "ce sont des dizaines de milliers de Français qui sont menacés de voir couper le lien avec leur patrie", en raison de la fermeture de leur compte bancaire.  Or "ces comptes bancaires servent à payer la prestation de l'Ehpad pour un ascendant résidant en France, à honorer la pensions alimentaire de l'ex-épouse demeurée en France, à payer la taxe foncière,  la CSG-RDS de l'appartement loué en France à un étudiant", rappelait-il.
Il ajoutait qu'il "regrettait la précipitation mise par le gouvernement français à ratifier cet accord" car "accepter Fatca en l'état, c'est accepter le système américain d'imposition fondé sur la nationalité et non sur la résidence".
M. Duvernois, à son tour,  demande au ministère des finances de "préciser de quels moyens dispose la puissance publique française pour empêcher ces fermetures de comptes bancaires sur le territoire, effectuées de manière unilatérale".
Il se demande aussi si le Défenseur des droits pourrait être saisi du sujet. Un citoyen néerlando-américain a ainsi gagné un procès, en avril 2014, en invoquant les lois anti-discrimination, contre une banque néerlandaise qui lui avait fermé son compte.

vendredi 9 janvier 2015

Charlie Hebdo : "Vive la France !", écrit Obama

"Au nom de tous les Américains, je fais part aux Français de notre solidarité après cette terrible attaque terroriste à Paris", a-t-il écrit. "En tant qu'alliés à travers les siècles, nous sommes unis avec nos frères français pour nous assurer que justice soit faite", a-t-il ajouté. "Nous avançons ensemble, convaincus que la terreur ne vaincra pas la liberté et les idéaux qui sont les nôtres, les idéaux qui illuminent le monde. Vive la France!".